Une expédition scientifique a découvert en Australie une espèce animale intermédiaire entre l’homme et le singe, les « tropis ». Le journaliste Douglas Templemore fait venir chez lui un médecin pour constater le décès d’un nouveau-né. Il déclare avoir tué lui-même son enfant, né d’une insémination artificielle d’une femelle tropi. Se posent plusieurs questions : l’enfant devait-il être considéré comme humain ? Douglas est-il donc un assassin ? Mais avant tout : « Qu’est-ce qu’un homme ? »

La volonté de Douglas est en réalité de provoquer un procès pour savoir exactement ce qu’est l’Homme. Il montre à plusieurs reprises dans la pièce qu’il n’est ni pour ni contre le fait que les tropis soient des singes, il veut que la Cour décide de la définition exacte d’un Homme. Le procès se met en place, avec les interventions, entre autres, d’un anthropologue, d’un bénédictin, d’un géologue, d’un médecin légiste et d’un paléontologue, … L’intérêt de la pièce, outre un aspect humoristique, réside dans la confrontation des connaissances et des points de vue.

Journal de bord d’une exploration dans la jungle

Depuis ce début du mois d’octobre où nous avons éprouvé leurs talents en tout genre et leurs motivations, à ce début du mois de mai où ils se sont lancés avec une once d’anxiété dans les représentations, les élèves n’ont fait que nous prouver la qualité de leur équipe. Sept mois d’intense activité, d’investissement, de galère parfois, de rappels à l’ordre, de doute aussi, de satisfaction, de fierté surtout, et puis… trois séances de confirmation.

Au fil des jours, chacun a dû partir en exploration dans sa propre jungle : le stress, la peur, les trous de mémoire, l’articulation défaillante, la raideur du corps, le volume vocal, la timidité,… Un peu réservés au début, un peu gauches parfois, nous les avons observés évoluer en un groupe peu à peu plus soudé et plus confiant.

Sans doute quelques-uns se demandent maintenant comment ils vont occuper leurs mercredis après-midi, leurs week-ends et finalement, sans doute que nous aussi… Mais qu’ils se rassurent, ils trouveront dans leur avenir proche (et moins proche) encore mille projets dans lesquels ils pourront s’investir, et cela restera peut-être une de nos fiertés : celle d’avoir pu leur donner le goût de l’accomplissement d’équipe, du projet gratuit mais si riche d’expériences et de souvenirs.

Bravo et merci donc à eux tous pour cette histoire créée ensemble et pour cette exploration dans la jungle du théâtre.

                                                                                             Elodie Gaetti

Sympathique labeur dirigé par Aurélie Baudoux, Florian Fournier et Elodie Gaetti ;

illustré sous les projecteurs par Jade Cock, Miriam Colletta, Laura Camila Cornelis-Iseppi, Benito Giunta, Sandra Kabandana, Mehdi Labed, Clara Lambin, Pauline Leclère, Mathieu Lega, Camille Nicolo, Asmâa Reddah, Océane Toukam, Pauline Vryghem et Kachia Wallemacq ;

grâce aux doigts de fée et aux multiples talents de bricoleurs de Simon Decnud, Anne Dewitte, Alexandre Flamant, Guillaume Frola et Martina Pezzoni et Jérôme Vande Mergel ;

mis en lumière et en musique par Guillaume Bohême, Sophie Gobert, Luca Sicorello et Jérôme Vande Mergel ;

et affiché par Thomas Lemal.

 

Revivez un des grands moments de cette pièce à travers cet extrait vidéo.

 

 

Souvenirs en photos – Merci à Joël Leclercq pour ce partage.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here