« Il n’est pas suffisant de s’émouvoir : il faut agir! »

Au nom des 860 élèves du Collège du Sacré-Coeur de Charleroi, Hiba (16 ans),  Elisseh (17 ans) et Féridé (18 ans) ont offert des sachets de friandises à 485 demandeurs d’asile, dans un centre de Belgrade (près de Namur). Cette distribution s’inscrit dans le cadre d’une vaste opération de solidarité.

Dans une ancienne caserne de Belgrade, reconvertie en centre de la Croix-Rouge  pour demandeurs d’asile, le repas de midi constitue un temps privilégié de rencontre.  La plupart des occupants sont des hommes isolés, venant de pays en guerre comme la Syrie, l’Irak et l’Afghanistan.  Nombreux sont ceux qui ont perdu un ou plusieurs membres de leur famille.  Obtiendront -ils des papiers qui garantiront leur présence sur le territoire ou devront-ils partir de la Belgique dans un avenir proche ou lointain ?  Ici, l’incertitude est de mise, et l’attente souvent longue. Le Centre, ouvert le 18 septembre 2015, leur offre en tout cas une structure accueillante: assistants sociaux, une équipe médicale de collaborateurs polyvalents appuyés entre autres par les bénévoles de la Croix-Rouge, des membres  du Collectif  » Citoyens solidaires », tous s’activent sans compter… » Tout est mis en place pour accompagner les demandeurs d’asile pendant leur demande, ceci d’un point de vue aussi bien matériel que psychosocial, insiste Iris Knuppel, directrice du Centre.  » Pour éviter l’oisiveté, une série d’activités sont mises en place : cours d’alphabétisation, sports, jeux de société, petits déjeuners conviviaux… »

Une distribution orchestrée par les élèves

Peu  avant midi, Hiba, Feride et Elisseh sont allés chercher, dans un hangar, des cartons contenant 600 sachets de friandises, récoltés lors d’une grande opération menée dans quarante classes de la 1ère à la 6ème secondaire du Collège.  Certains étudiants n’en sont pas à leur première opération.  Féridé a habillé les tout-petits dans un centre de Thy-le-Château.  » Ca fait vraiment plaisir de se sentir utile pour les autres! » souligne-t-elle. Le petit colis reçu après le dîner, les demandeurs d’asile répondaient par un immense sourire.
« C’est d’abord le sens du Carême, ainsi que le partage et l’humilité, qui ont  motivé l’école à nous lancer dans cette action » pointe Baudouin Joachim, directeur du Collège du Sacré-Coeur.   « Il n’est pas suffisant de s’émouvoir ou de s’indigner. Il faut agir.  Des gens sont chez nous pour fuir des situations de guerre, dont les attentats du 22 mars nous rappellent cruellement l’horreur! Les conditions d’accueil d’un centre de Croix Rouge n’ont rien à voir avec la jungle de Calais, mais reconnaissons que toutes ces personnes vivent dans des conditions difficiles. Si nous leur témoignons une sympathie à travers une aide symbolique,  c’est aussi les aider à intégrer une société avec l’appui d’un regard positif. »

D’autres gestes ont été posés :  plus de 550 repas syriens  (potage d’oumou, kofta dooud bacha, …) servis au restaurant de l’école, des jeux de société ainsi qu’une cinquantaine de paires de chaussures et autant de vêtements féminins, de sacs et de valises récoltés pour des centres hébergeant des familles,…

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Au-delà d’une démarche concrète, une réflexion a aussi été menée avec les élèves.  Tous ces gestes ne feront pas oublier le drame, mais apporteront un petit rayon de soleil…

JEAN-CLAUDE HERIN

Photos du repas syrien

Ce diaporama nécessite JavaScript.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here